Petit bout

4f7674650fa4b

 

 

Bonjour à tous,

 

Un petit bout de vie pour un petit grain de folie. Ca rime bien non ? D’ailleurs, mon bébé serpent elaphe s’appelle Henry.

Et vous, c’est quoi votre petit grain de folie ?

Je me rappelle de ce rêve où l’on m’a dit : “Manger des gâteaux n’empêche pas de pouvoir faire des appels.”

Il n’y a pas une manière de vivre sa spiritualité.

Il n’y a pas une façon d’être ce qu’on est.

Il n’y a que ce que l’on choisit d’être.

 

Je refuse de devoir trimer pour développer ma puissance. A quoi bon ? Pour certains, le travail acharné, c’est le plaisir d’avoir par la suite.

Je crois que l’on peut aussi se faire plaisir et concevoir, créer en même temps.

Ce qui compte n’est pas de faire comme l’autre, ou de suivre ce rituel ci plutôt que l’autre là.

Ce qui importe, c’est d’être Soi, comme on a envie. 

 

Je regarde tout ces gens autour de moi, et je me dis combien parfois je suis hyper feignante, qu’avec mes ouvertures, je pourrais tant avoir si je la développais. J’en suis arrivée au stade où je souhaite la développer tellement que j’envie les autres, moi aussi, je veux être grande, belle, balèze et respectée. Mais voilà, retour à la réalité, ce n’est pas pour rien que certains surnoms sont toujours là.

Je me présente, je suis goinfrette, chaton, mais surtout, miss’pratik.

Je me rends compte que ce que je veux être, n’est pas ce que je suis, c’est l’image et la société qui fait que moi aussi “je” ceci et “je” cela.

J’en suis arrivée à cette conclusion, je suis tout simplement goinfrette, chaton, miss’pratik, mais aussi, sorcière.

Voilà. Au final, je trouve que c’est suffisant.

J’aime ça, j’aime savoir que cela me suffit d’être cela car c’est dans cela que je me sens le mieux, là où je me sens le plus à l’aise avec ce que je suis.

Ce n’est pas en essayant d’être grande , belle et baleze que je suis à l’aise. D’ailleurs, quand j’essaie d’être grande, je me tord le pied ou je dis une bêtise, quand je veux être belle, mon mascara coule et mon eyeliner comme par hasard n’est pas droit, et quand je veux être respectée, je sors une phrase qui me décribilise totalement.

Bref…. on l’aura compris. Ce qui est difficile dans la vie, ce n’est pas les difficultés ou les autres, c’est soi, lorsqu’on essaie d’être ce que nous ne sommes pas.

 

Bises

Enregistrer


Source: Les animaux 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

six + deux =