L Esprit d un décédé

soulsong
 

Mon réveil n’arrête pas de sonner ce matin, pourquoi l’ais-je mis aussi tôt ?… Laissez-moi dormir bordel…  La sonnerie d’un appel retentit, ce qui me fait ouvrir les yeux à demi et tendre le bras pour l’attraper.

– Fait chier ! Qui peut bien m’appeler à 11h30 un dimanche matin ?  Rahhh Y’a que Mamée pour faire ça !! Y’avait qu’elle qui m’appelait à c’te heure-là un dimanche !! je dis en râlant.

– AAAllôoo Mamée ?! je dis la gueule enfarinée.

– « Ma tite choute ! » qu’elle me répond joyeusement.

– Mamée, j’savais que  c’t toi !! je dis en me retournant dans le lit, le téléphone complètement écrasé sur la joue. Je savais que ma grand-mère était morte et pourtant, j’étais complètement lucide. Je savais qu’elle était là et qu’elle voulait me parler. J’étais contente, cela faisait longtemps que je ne l’avais ni vu ni parler dans l’au-delà.

– Rohlala, ça me fait chaud au cœur d’entendre ta voix à nouveau… Ca fait si longtemps…

-« Je peux passer te voir ? »

– Ouais ouais… Vas-y, viens !

J’ouvre mes yeux un peu plus et Mamée a passé le pas de la porte de ma chambre. Je souris en la voyant arriver. J’étais tout à fait consciente qu’un mort venait me voir, mais elle, c’était différent, c’était ma grand-mère et c’était si rare qu’elle vienne me voir. Je l’aimais, je l’aimais beaucoup. Nous avions de beaux rapports directs et sans détours.

– Rahlala, ça fait longtemps… Tu m’as manqué…Ca m’manque de pas t’parler…  Viens Mamée, viens t’mettre au chaud avec moi dans le dodo ! je me redresse dans le lit, décale les oreillers et lui fait une place.  En bougeant mon corps, je réalise à quel point tout ça est si vrai, tout est si réel, j’ai vraiment cette sensation d’être dans une double réalité.  

– Viens là !  je lui dis en tapotant le matelas.

Elle sourit, s’assoit et allonge ses jambes. Moi, encore fatiguée et à moitié endormie, je repose ma tête sur sa cuisse et replace la couverture sur nous.

– Qu’est-ce’ tu d’viens Mamée, que je lui dis, Toujours à t’occuper d’t’neveux et nièces ?…  Y s’occupent d’toi là-haut ? les mots peinent à sortir correctement de ma bouche tellement que je suis encore à moitié endormie et qu’elle me tire de mon sommeil.

Je suis plus contente d’entendre sa voix que de suivre la conversation. A chaque mot qui sort de sa bouche, je me dis que c’est cool de parler avec les morts quand même. Ca a du bon de recroiser les gens qu’on aime. Ca me replonge un peu à l’époque où elle était encore là avec nous. Je souris en l’écoutant parler.

Lorsque je redresse à nouveau la tête pour la regarder, c’était un homme qui était là qui continuait de me raconter son histoire. Je réalisais que ma grand-mère était en fait un Esprit qui avait majoritairement pris un corps masculin au cours d’un certain nombre de ces incarnations.

– Ah… je comprends maintenant la dureté en toi, que je lui dis avec mon regard peu surpris.

Cela expliquait bien des choses sur son attitude vis-à-vis de la famille et de la dureté envers les femmes qu’il avait.

Je me rappelais aussi d’une discussion avec mon oncle qui disait que toutes les âmes qui se retrouvaient incarnées ensemble étaient liées d’une manière ou d’une autre depuis un bail. Du coup, ca éveilla ma curiosité.

– Toi et moi, on se connait depuis longtemps ?

– « Non, c’est assez jeune. Tu te souviens, c’était la fois où tu m’as appelé Lucky »

« Et qu’on est allé voir Bouddha ensemble !! »  on dit en finissant la phrase en même temps.

– Oui… je m’en souviens !!!  Je m’en souviens bien !

Les images redéfilaient dans ma tête comme un bout de ma mémoire qui s’était soudainement débloqué.  J’étais sur son dos et nous partions dans une aventure. Ce souvenir lointain considérant l’âge humain me fit rire. Nous avons parcouru quelques souvenirs communs qui me firent rappeler notre lien et puis intringuée, je lui dis :

– Comment tu perçois la chambre ?

– « Elle est vert-noir et vert-rouge. »

– Rah cool ! Et pareil dans le salon ?

– « Bleu et vert. »

– Ah ! Comme mon aura alors ?

– « Nan, rien à voir. »

– Hahaha okok…

– « Tu n’aimes pas les mondes gris hein ?…. Toi, c’est Blanc et Noir. »

– Hum… Désolée…. Je n’aime pas… Je m’y sens pas bien. Mais pourquoi tu restes dans ce monde gris ? Oh, j’ai une idée ! Et si je demandais à Gabriel de passer te voir ? Il pourrait t’aider t’sais…

– « Ce n’est pas possible… »

– Et pourquoi donc ?

– « Je dois rester ici, ce que j’ai fait avant… Je ne peux pas m’en aller.»

– Tu sais, Dieu pardonne. Les Anges ne te jugent pas. Il n’y a que toi qui ne te pardonne pas. Ils te pardonneront tu sais.

«Tu dis ça, mais toi, Ils sont avec toi, mais moi…»

Je pris son visage dans mes mains. Sa peau était marquée, il me fit penser au gabarit d’un homme motard et il restait toujours doux avec moi. En m’approchant de lui, je vis son tatouage sous l’œil droit.

– Oh, comme c’est joli !! Des minis étoiles ! Regarde, une Etoile un Ange ! Tu vois, ils sont partout ! Hihi Une, deux, trois, quatre ….  que je dis en rigolant avec l’insouciance d’un enfant.

Il laissa apparaitre un sourire tendre en retour qui pourtant laissait paraitre derrière une sorte de solitude.

J’entends mon réveil qui sonne à nouveau et je peine à rester concentrée.

– « Tu devrais l’éteindre » qu’il me dit.

Je tends le bras avec difficulté pour l’atteindre mais je n’arrive pas à défaire le cran de sécurité. Je referme difficilement un œil et revient à lui.

– Tiens au fait, tu sais, tu as été dur avec maman. Pourquoi ? Pourquoi as-tu été aussi dur avec elle ?

– « Hum… J’avais beaucoup de mal avec ses concepts… Celui qui fut la goutte d’eau fut celui en 1983 à cause d’une pub pour consommer. »

Il m’envoya le moment qui l’avait marqué dans sa mémoire. Lorsqu’il alla pour se jeter sur maman d’énervement, quelqu’un arriva pour l’arrêter en criant « Adam !! Arrête ! Reprends-toi ! ». Je comprenais qu’il (son Esprit) devait s’appeler Adam et que quelqu’un avait du intervenir au niveau énergétique pour l’interpeller. Du moins, c’est ce que j’en conclus sur le moment.

Lui avait gribouillé tout un tas de petits moments ou instants de notre rencontre sur une feuille. Lorsque je la vis après avoir récupéré ma vision, j’ai voulu les recopier pour m’en rappeler au réveil, pour essayer d’en retenir un maximum. Seulement, je savais déjà que j’en oublierai les ¾ lorsque j’écrirais notre rencontre. Ma conscience était trop maigre, le réveil sonnait tous les quarts d’heures et à chaque fois, il m’était plus difficile de retrouver Mamée, enfin, Adam ou peu importe qui il était. A mes yeux, il avait vécu en tant que ma grand-mère et il était venu me voir. Cela me suffisait.

La seule chose qui me tracasse maintenant, est de l’aider à retrouver la paix car grande est la souffrance de celui qui ne se pardonne pas. C’est comme un cancer qui ronge en silence et racle les tréfonds.

Au réveil suivant, je rouvris un œil dans mon lit, et vais pour attraper le téléphone. Ce coup-ci, j’vais arriver à l’éteindre.

– … Mamée ?

J’ouvris mon deuxième œil par curiosité. Comment avait-elle pu partir, elle était juste là. Je me suis redressée dans le lit et j’ai scruté la chambre à paupières demi-ouvertes, il n’y avait personne.

– Bah merde alors…  Pour le coup, j’me suis vraiment réveillée c’coup-ci, et j’ai vraiment oublié les 3/4…

Je souris.

Je me dis aussi que pour qu’il vienne me voir, c’est qu’il a besoin d’aide sinon il n’aurait pas demandé à me parler. Il doit se sentir seul. Je vais réfléchir dans les prochains jours. Je vais demander de l’aide pour qu’il se pardonne.

Sinon, je suis agréablement surprise que l’approche des âmes mortes fonctionne aussi bien. C’est cool. Je suis contente de voir qu’ils demandent l’accès avant de passer le pas de ma chambre. Car je l’ai toujours dit que je ne supporterai pas quelconque fantôme me réveillant au bas de mon lit, bien que là… c’était Mamée… mais quand même… la barrière est solide, pour ça, merci mes guides.

Je comprends aussi pourquoi ma chambre reflète de tels couleurs. Je m’y sens bien gardée ! Haha

Bref… Je suis quand même contente, j’ai revu Mamée ! C’est coooooool-quand-mêêêême….

 

Bises


Source: Les âmes 1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 × un =