Les failles énergétiques

750688-bigthumbnail

 

Comment se manifestent les failles énergétiques et d’où viennent-elles ? A quoi servent-elles ?

Pour venir compléter la page des énergies résiduelles, nous continuons avec le thème des failles énergétiques.

On peut se demander où est le lien entre énergies résiduelles et faille énergétique.

Les failles énergétiques font parties de la famille des blessures de l’âme incluant aussi les fractures originelles, qui elles sont plus profondes et plus anciennes et qui s’étaleront sur un grand nombre de vies, contrairement au faille qui peuvent se résorber sur un lapse de temps plus « incarné », dirons-nous.

Les failles représentent en somme, le haut du volcan tandis que la fracture originelle va être le point de rupture au cœur des couches, sous les couches inférieures de l’être.

Pour comprendre notre façon d’aborder les énergies, il faut comprendre comment nous émettons. Étudier notre approche énergétique revient à se concentrer sur la structure « osseuse » de notre aura, manifestée par l’ensemble de nos corps énergétiques tous réunis.

Grossièrement parlant, nous avons une bonne dizaine de strates, dites « primaires », représentant chacune d’elle, un niveau astral émettant à une fréquence précise. Toutes les couches sont en permanence inter-reliées et imbriquées telles des poupées russes.

L’aura elle, n’est qu’une somme de la gestion de tous ces corps réunis. Elle est comme la synthèse pointant notre état d’être, là où nous en sommes, ce qui nous touche et de quelle manière. Elle est un reflet qui s’émet en effluves. Un peu comme l’odeur sera à une fleur.

Les failles se manifestent comme des volcans coulants au niveau des couches et peuvent apparaitre sur toutes les couches. Ce sont elles qui vont activer les réactions de l’égo. Elles sont le moteur de souffrance. Il va chercher à comprendre et à intégrer le phénomène, un peu lorsqu’un nouveau corps entre dans le corps humain, celui-ci réagit aussitôt et analyse immédiatement ce qu’il se passe. Sauf que la plupart du temps, nous n’en avons pas conscience au moment où la faille apparait.

Une faille est une ouverture, une brèche vers un état-d’être en souffrance, vers un endroit de notre corps qui n’a pas eu la force de traiter une information, de quelque nature que ce soit. Il y a alors une rupture interne. La pression interne de la « cellule » a éclaté et l’onde de choc s’est propagé. Un peu comme un tremblement de terre qui en vient à faire craquer la croute terrestre si la terre n’est plus capable en sous-sol d’encaisser le choc. On peut voir ça comme un trou, plus ou moins petit, plus ou moins large, plus ou moins impressionnant.

Quelle a été le facteur qui a cédé sous la pression et qui n’a pas eu la force de subir l’impact recueilli ?

Notre corps en toujours en mouvement. Notre coeur bat, le sang circule, l’énergie circule, tout bouge en nous, tout évolue sans cesse. Notre corps travaille sans cesse avec de nouvelles informations et fait ce qu’il peut selon ses capacités d’intégration pour s’entretenir et survivre.

Parce que notre âme est dotée d’une Volonté propre. La volonté d’exister. Ce qui implique sa capacité à tout mettre en oeuvre pour survivre au sein d’un environnement. Elle veut exister. Elle veut incarner « Je Suis ».

A ce titre, notre corps met en route notre système de prévention et de survie, dont l’égo qui en fait parti. Lui, va servir de système d’attaque et de défense à une menace potentielle. Il va chercher à vivre avec en fonction de ses capacités à prendre en charge les nouvelles informations qui ont provoqué un changement dans la gestion intérieur.

Acceptera-t-il de voir qu’il y a un problème ? Acceptera-t-il de le prendre en main et d’agir en conséquence ? Cherchera-t-il à contourner le problème ?

De cette réaction va découler un certain nombre de phénomènes qui vont venir entraver les capacités de guérison de l’Âme. Le corps mettra plus de temps pour s’en remettre, notre émotionnel aussi. Parce que l’égo souffre et entretient ses souffrances en fonction de ce qu’il l’arrange pour se sentir vivre et exister lui aussi. Il est le « Je ». Et cette nouvelle souffrance appartient au « Je ».

Les failles sont des marqueurs de traumatismes subis, des chocs internes qui arrivent lorsqu’on n’avons pas su gérer un problème pour raison X.

Le corps a alors encaissé comme il a pu, car il faut savoir qu’une faille ne s’étend qu’à hauteur des capacités de nos aptitudes et du traumatisme vécus. Elle est le reflet de notre état, aussi, cela ne sert à rien de la réprimander, ou de la juger. Oui, parce que l’égo voit très vite cette faille comme une faiblesse. Et de cette faiblesse, qu’en fera-t-il ? S’en nourrira-t-il car il y verra une façon pour lui d’exister  et de devenir plus fort ? Deviendra-t-il une victime de sa propre faille ?

Il y a l’approche de l’âme qui va chercher à faire disparaitre la faille, et il y a l’approche de l’égo, qui va chercher à intégrer la faille pour se sentir exister. La faille va faire partie de lui. Voici aussi pourquoi il aura tendance à s’identifier à ses souffrances.

Cette faiblesse, c’est ce qui fait que je suis moi ! dira-t-il. Si elle disparait, je ne serais plus moi ! Et voilà comment la plupart du temps, nous entretenons nos failles tandis que l’Âme continue de croire à notre guérison et à notre paix absolue.

Nous voulons guérir, mais notre égo rechigne. Et malgré tout, nous sommes des êtres parfaits aux yeux de la Source. La vie n’est qu’une perpétuelle résonnance.

Nous ne sommes pas jugés par nos failles. Aux yeux de l’Un, les failles ne sont qu’un miroir qui nous aide à percevoir ce qu’il y a en nous. Il n’y a que l’Ego qui les perçoit comme une faiblesse, comme quelque chose à compenser, à nourrir ou qui existe par et à travers elle. Parce que si nos failles disparaissent toutes, et que nous nous revenons à notre état d’Etreté absolue, l’Ego n’aura plus d’utilité. Il sera transcendé.

Or, en tant qu’être incarné dans la dualité, nous devons apprendre à travailler sur des codes existentiels faisant partis du champs terrestre.

Lorsqu’on décide alors d’entreprendre les guérisons, il convient d’avoir un regard attentif sur nos schémas égotiques. Punir notre égo ne sert à rien. Il fait lui aussi ce qu’il croit bien pour se sentir utile. Car il est utile et aime bien le montrer.  Mais voilà, se faisant, il s’accroche à ses énergies égotiques et retombent dans un schéma de souffrances.

En ouvrant la porte à ce genre d’énergies, la faille nourrit l’égo qui lui donne accès à certaines dimensions s’éloignant des dimensions de l’âme. Et une fois la porte ouverte, c’est un passage qui se crée et qui sert d’accroche pour les énergies environnantes s’en nourrissant.

Ce que nous avons du mal à comprendre avec nos failles énergétiques, c’est que le problème ne vient pas de ceux qui s’en nourrissent, de toutes ces larves, parasites et autres entités vampiriques. Non, eux, ce ne sont que ceux qui résonnent avec ce que vous émettez. Ils ne font que révéler une porte ouverte en vous. Une porte suintante qui les a interpellés, qui les a appelés. Une porte qui émane directement de vous. Vous êtes responsable. Vous êtes maitre de vos énergies. Ne vous placez pas en victime. Qu’elle que fut la raison de votre faille, c’est votre manière d’avoir gérer les flux qui a conduit à ce résultat, que vous en soyez conscient ou non.

Après, accepterez-vous d’avoir une porte ouverte en vous qui a permis à ces énergies là de venir à vous ? C’est un autre problème.

Sachez toutefois que certaines de vos failles ne datent pas de cette vie. Elles peuvent être de réelles enjeux d’incarnation et peuvent donc demander un très gros travail sur soi, pouvant s’éteindre sur quelques vies.

Il est donc possible que vous ne guérirez peut-être pas totalement de cette faille dans cette vie présente, néanmoins, sachez que vous pouvez aborder le sujet d’une autre manière. Ce n’est pas parce qu’un sujet n’est pas soluble immédiatement qu’il faut l’ignorer. On peut y aller tranquillement, step by step.

Rappelons-nous, chacun à notre rythme.

Le meilleur moyen de traiter une faille c’est de se diriger vers la paix intérieure. Elle indiquera la voix de l’âme.

Si vous rentrez en combat avec les entités, elles risquent plus de se nourrir des souffrances qui vont s’y accumuler car votre faille pointera directement sur votre « point de rupture ». Il sera alors d’autant plus facile de « jouer » avec vous. Ils leur suffira d’appuyer là où vous avez mal.

Mais si vous n’avez plus mal et que la faille n’existe plus, que se passera-t-il lorsqu’ils appuieront dessus ?

Rien. Ils n’auront plus d’emprise.

Votre environnement astral changera car votre aura évoluera et alors elle vibrera différentes énergies.

C’est cela la puissance de l’incarnation.

Nous sommes les porteurs de notre puissance. Nous sommes nos énergies.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer