Les objectifs d’incarnations

manypathstree

 

Nous allons aborder un sujet épineux, la volonté de l’âme.

En tant qu’être humain, nous cherchons à donner un sens à notre vie, une raison d’être. Alors comme le dit l’expression « nous cherchons notre voie » jusqu’à la trouver, ou du moins, nous essayons de la trouver, et certains d’entre nous passerons le plus claire de leur vie à la chercher.

Ce sentiment de recherche nous met parfois à rude épreuve tant, en notre fort intérieur, nous avons la sensation d’avoir quelque chose à accomplir, d’avoir une raison d’être sur terre. Et cette raison, il faut pour la comprendre, regarder un peu plus loin. Elle se situe au niveau de l’Âme.

En effet, l’âme crée le lien, entre le Tout, et l’expérience humaine. Elle sert de pont. On peut la voir comme une chimère d’entre-deux qui va porter en elle nos aspirations divines tout en les rendant accessibles à notre conscience incarnée. Elle permet ainsi de véhiculer un objectif propre d’évolution émanant du schéma de la Source, mais également, de son Tout à elle et de ce qu’elle représente à part entière. Car notre esprit en naissant, s’est émancipé de la source. Comme un enfant viendrait au monde avec un esprit individuel, à part entière. Il va ainsi porter en lui plusieurs choses, la Volonté du Tout, et sa Volonté propre, son libre arbitre à travers lequel il va choisir de vivre son expérience au sein même de la Création.

Pour évoluer dans le Tout, notre Esprit a choisi de venir s’incarner sur terre, pour venir y développer  plusieurs notions importantes nécessaires à son cheminement et à son évolution au sein des mondes. Ces notions se basent sur un apprentissage de la gestion énergétiques tant au niveau physique, que psychique, émotionnelle et astral, mais surtout, en lien avec l’humanité et sa gestion et sa compréhension. Nous ne viendrions sur terre si nous éprouvions aucun intérêt de comprendre les humains et de savoir ce que cela signifie être humain.

A ce titre, nous aurons un ensemble d’objectifs étalés sur différentes échelles de temps.

Les objectifs humains, qui sont les objectifs que vous vous mettrez pour vous sentir accompli en tant qu’individu adapté au mode terrestre. Ces objectifs là vous serviront à vous sentir émancipés du lien avec vos racines. Vous appartenez à la terre, vous êtes l’enfant de la terre. Autrement dit, votre notion de créateur en tant qu’être humain, qui revient à affirmer. « je suis en vie, j’ai une volonté, je fais des choix sur terre, en tant que terrien, je suis libre de vivre ma vie comme je l’entends. » L’objectif humain revient à poser les questions suivantes « Comment souhaitez-vous vivre en tant qu’humain ?… Qu’avez besoin de faire pour vous sentir appartenir à votre environnement ? »

Le problème maintenant que cela pose, c’est qu’en tant qu’humain, on est doté d’un égo. D’un gentil petit égo, qui lui, a sa volonté propre. Et oui, il y voit donc les objectifs humains comme des objectifs personnels à atteindre. Il est dans l’affirmation de son existence et donc dans une recherche constante de reconnaissance et va chercher par tous les moyens à vivre comme il l’aura décidé, ou rêvé. Ca devient un problème, lorsque ses objectifs vont venir s’apposer sur ceux déjà mis en place, et ce, depuis un certain nombre d’incarnations, à savoir, les objectifs de l’âme. On va donc, se retrouver très vite avec un conflit d’intérêts.

Eux, sont mis en place sur un cycle complet d’incarnations, qui peuvent contenir plus ou moins de vies, en fonction des sous-objectifs atteints (convertis en objectifs humains) et des prises de consciences qui vont de paires. Parce que c’est à ça, que l’âme va s’intéresser. A nos prises de conscience qui vous permettre à l’Esprit de se nourrir. Sans prise de conscience, nous sommes enfermés dans un même schéma de pensées. Hors, nous sommes gentiment amené à évoluer pour ouvrir notre champs des possibles et surtout, notre regard sur le monde, la création, et l’ensemble qui y cohabitent. Du coup, la Source nous aide et fait onduler le fil pour faire réagir.

Alors on peut dire que la Source ne demande rien, elle Vit, elle Aime. Soit. Mais nous, nous incarnons la Source, et pourtant, nous rechignons à l’accepter et l’accueillir. Voilà. L’objectif de l’âme se situe ici. Elle est la Source, elle Aime, et pourtant, au cours de notre parcours, nous nous sommes quelque peu coupée d’elle pour justement, vivre notre individualité, pour nous sentir exister en tant que Un. Mais avec l’égo, tout se complique. Lui ne veut pas se perdre dans le Tout. Il veut rester le Maitre. Celui qui contrôle, celui qui dirige. Sinon, il se sent perdu et soumis. Du coup, veut-il s’aventurer quelque part sans en avoir le contrôle ? C’est moins sûr.

Certains auront du mal, surtout ceux qui sont réticents aux changements. Du coup, si la prise de conscience n’est pas correctement assimilée du fait des réticences de l’égo, une « prolongation » est mise en place par la Source, pour nous aider à comprendre nos incompréhensions, et va ainsi, nous permettre de guérir des souffrances engendrées pendant l’expérience.

Il faut comprendre que l’âme n’existe pas pour nous pourrir la vie. On est là pour apprendre. Mais quoi ? Quels sujets sommes-nous en train de travailler ?

Voilà le hic.

Nous sommes pris entre l’égo et l’âme. Misère, misère, que faire ? me demanderez-vous avec un air dépité pour la plupart, et désespéré pour d’autres.

Les objectifs de l’âme sont parfois difficiles à capter parce que nous croulons sous l’égo et ses intérêts. Lui veut-il guérir ? Certainement pas. Il est bien, là, à rechigner. D’ailleurs, il s’en nourrit. Veut-il changer ses petites habitudes ? Mais pourquoi faire ? Pour aller vers quelque chose qui ne lui apporte aucune garantie et qui l’incite à changer d’opinions ? Certainement pas. Ô Sacrebleu. L’égo sert autant de système d’attaque que de défense. Mais l’âme, elle, voit au-delà. Elle voit et ressent sa place au sein du Tout. Voilà pourquoi les objectifs diffèrent.

L’égo est particulièrement efficace dans un système évolutif qualitatif et quantitatif. Il vit pour ça. Pour la compèt, pour le placement, pour le meilleur et pour le pire. Mais l’Âme, que voit-elle ? Comment perçoit-elle les choses ?

Les intérêts divergent souvent parce qu’on a la sensation que les deux volontés n’évoluent pas dans le même monde, une dans le concret et le terre à terre, dans le « à la guerre comme à la guerre » et l’autre dans « dans un monde idéal de oui-oui » qui comprend rien à la vie et aux galères qu’on a sur terre. Il arrive alors que certains d’entre nous ressentent un profond décalage entre leur vie actuelle et leurs aspirations. Les blocages se font multiples. Nous voulons encore et toujours, plus, moins, mieux, ou pas, de nouvelles choses et d’autres encore. Mais qu’arrivons-nous à obtenir ? Nous voulons tant de choses dans nos vies et nous pensons que là réside toute notre Volonté. Mais bizarrement, rien ne change, notre vie est toujours un ramassis merdique et flou, où tout est bancale et rien ne prend forme comme on voudrait.

Se pose alors la question intéressante. Qui décide ?

La volonté de l’âme est intéressante à percevoir. Il suffit de se poser la question : Qui décide, et pourquoi ? Qu’est-ce que je recherche à travers cette expérience ? Que dois-je comprendre ? Elle est la prise de conscience qui se cache derrière l’expérience à vivre.

On a souvent du mal à la percevoir quand on regarde sur un fait précis. Pour remonter à la source, il faut parfois, remonter un certain nombre de faits et tirer les liens, ce qui nourrit l’ensemble dans un même objectif. Souvent, un objectif se retrouve sur plusieurs décennies.

L’âme peut avoir un objectif global, de la vie d’incarnation principal, avec plusieurs sous-objectifs par lesquels elle va gentiment convier la personnalité humaine à vivre les expériences pour en tirer des notions fondamentales sur son existence. Car c’est en réalité l’ensemble des conclusions qui vont lui permettre de passer à un autre stade évolutif.

Ce nouveau stade lui permettra d’atteindre un cheminement spirituel à un autre niveau, mais là n’est pas le sujet de cette page.

 

Lorsqu’on rentre dans un travail sincère de connaissance de soi, on va forcément se retrouver à travailler le discernement pour arriver à détecter sa petite voix intérieure, avec le chemin de son âme et de là où il pointe, et de l’égo. Mais on a du mal. On galère.

On reste souvent buté dans un schéma, mais pourquoi ? L’égo bute, l’égo refuse d’accepter, refuse d’avancer. Pourquoi ? Il est en colère ? Souffre-t-il ? De quoi ? Envers qui ?

La volonté de l’âme va aller vers une expérience pour comprendre un aspect de l’humanité globale. Pour être humain, et m’épanouir en tant qu’humain face à ce type d’expérience, j’ai ça et ça à comprendre et à incarner. Alors on peut se demander, comment la volonté de l’âme qui se fait sur plusieurs incarnations, agit directement sur cette vie ?

La prise de conscience est une conséquence de causes à effets. Ils peuvent survenir vite et violemment, ou au contraire, prendre tout le temps qu’il faut. Car ce qu’il compte n’est pas d’aller vite, mais de faire en sorte que la leçon soit assimilée par la personne tout entière, que ce soit compris et intégré au processus de croyance et de pensée. En réalité, l’Âme n’est pas pressé. Elle a une idée du temps qu’il nous faudrait pour assimiler, mais elle est tout aussi lucide sur les délais d’incubations relative à la compréhension de l’expérience. Aussi, elle est tout à fait conscientes des limitations de l’égo. Et il se peut qu’on décide de ne pas aller dans son sens pour suivre son égo. Ca ira, un temps. Et puis un jour, une vie, l’âme reviendra en lui disant dans le creux de l’oreille « dis, tu crois pas qu’il serait temps, tu m’as mis de côté là, et bon… ce serait cool si… » Vous voyez le genre ?…

Nous ne pouvons pas empêcher l’Âme de se faire entendre. Quand elle a fait un choix, elle agit pour atteindre son objectif. Que vous pensiez contrôler ou non la situation. C’est la Vie qui veut ça.

Notre personnalité humaine n’est construite qu’au fil des nombreuses vies sur terre en tant qu’humain. Mais notre esprit lui se construit depuis beaucoup plus longtemps que cela et dans des dimensions très diverses. Nous sommes humains, et divins à la fois.

 

Simplifions le processus de reconnaissance : prenons exemple sur cette belle image. Nous sommes l’humain au centre du tronc.

La volonté de l’égo, va être de peser le pour et le contre de chaque endroit là où il se trouve et se comparer à tout ce qui se trouve aux alentours pour savoir lequel il pourra en tirer le plus profit car seul lui compte.

La volonté de l’âme, va être de vous faire profiter d’une ramification qui vous permettra de vous sentir bien dans la découverte de l’Arbre.

La Source  elle, est l’Arbre tout entier.  Elle vous laisse voyager là où vous avez envie, là où vous êtes en paix, autant en vous, qu’envers Elle. Donc peu importe l’ensemble des ramifications car que ce soit au bout ou sur le chemin, la seule chose qui compte pour lui c’est que vous fassiez partie d’Elle, de son Univers.

Les objectifs humains seront donc, dans cette vie, sur quelle ramification je me trouve ? Où en suis-je et vers quoi j’aspire ?

Maintenant, recherchons l’objectif sur un champ plus vaste. Sur quelle branche se raccroche ma ramification ? Et de quoi se nourrit-elle ?

Bon, maintenant qu’on arrive à y voir plus clair, il est évident que l’égo fout la merde. Enfin, du moins, c’est comme ça qu’on le voit. Quoi que, en réalité, nous nous en rendons pas compte vu que cela arrange bien d’avoir notre petit égo qui vient foutre son grain de sel, surtout quand on ne veut pas voir ni entendre parler de ce qui nous arrange pas. Mais ce n’est pas grave.

Dans un premier temps, il est très important de ne pas stigmatiser l’égo. Arrêtez. Ca ne sert à rien. L’égo est très bien comme il est. Il sert vos intérêt à sa manière et fait ce qu’il estime être bon sur le moment. Il voit juste ses intérêt sur une petite échelle. Ne lui en voulez pas pour ça. C’est son rôle. C’est un système de défense qui permet à votre personnalité de vivre et se développer en tant qu’individu. C’est le côté brute de la force du « JE ».

Cela dit, ce qui nous intéresse ici, est d’arriver à déceler la volonté de l’âme et comment arriver à la suivre elle, plutôt que de rester empâter dans nos schémas de vie.

Si vous arrivez à ressentir votre petite voix intérieure, laissez-vous bercer tout simplement. Suivez le flou artistique.

Pour les autres, suivez le flou artistique aussi. Parfois, contrôler une situation qu’on ne comprend pas n’aide pas. La vie fait son rôle. Elle vous portera sur la vague.

Le sentiment de perdition existe pour nous permettre de faire nos propres expériences et d’en tirer des leçons. Il nous oblige à nous repositionner en allant à droite, à gauche, ou en restant au milieu. En gros, on navigue sans voir, sans savoir. Dans ce cas là, il n’y aura qu’en expérimentant qu’on finira par réaliser les choses et qu’une trame apparaitra, avec le temps.

Mais sommes-nous pressés  ?….  Vraiment ?

Non parce que en soi, est-ce vraiment grave de ne pas savoir ?

Qu’avons-nous à perdre ? Du temps ? … Mais de toute façon, nous nous réincarnerons, alors bon… Y’a-t-il vraiment besoin d’en faire tout un plat ? …

Par contre l’égo lui voit rouge. C’est une perte de temps, une perte de contrôle et c’est le bordel. Il lutte. Voilà.

 

Mais vous savez quoi ? Je vais vous en apprendre une bonne.  Je connais parfaitement mon objectif d’incarnation dans cette vie. Et ça fait 3 vies que je travaille dessus. Est-ce que ça change quelque chose pour moi, genre là tout de suite ?… Euhh… NON. Que dalle. Mais par contre, quand je vois mon parcours, je me dis OK, ça a du sens. C’est logique avec l’ensemble de mes expériences jusqu’à présent. Mais le savoir ne change pas mes décisions. Je fais toujours mes choix et cela ne change rien à mes envies. Et pour moi, connaitre son chemin, c’est suivre sa voie. Et suivre sa voie, c’est suivre ses envies. Car elles, viennent d’une impulsion un peu mystérieuse.

Si j’avais un conseils à vous donner pour vous aider à retrouver le fil de votre raison de vivre et à vous sentir dessus, serait de suivre vos envies. C’est tout. Ne vous prenez pas la tête avec le reste.

Nan franchement, ça change rien. Ca fait que mettre un mot sur l’ensemble, mais ça ne change pas qui vous êtes et ce que vous aimez, ni les choses auxquelles vous aspirez.

Laissez vous porter et osez incarner qui vous êtes. N’ayez pas peur.  Même si vous n’avez pas encore d’envie, laissez venir. Un jour à l’autre, une année à l’autre, un jour, la vie vous enverra un clin d’oeil. Et alors, un truc vous dira « tiens, pourquoi pas… »

 

Enregistrer

Enregistrer

3 Comments

  1. Cel
    Recoucou,

    Je pensais te laisser un commentaire sur la page, mais en fait il n’y a pas de section commentaire, alors je reviens par ici.

    Merci pour cette page sur le sujet 🙂

    Évidemment, ce n’est pas ce que mon égo a envie de lire, lol ! En effet, il voit rouge et ressent ce flou plus qu’artistique comme une perte de temps. Une perte de temps pour mener à bien ce que je suis censée faire. Mais quoi ? Pff, aucune idée. Je finis par penser que ce n’est qu’une illusion de l’égo.

    Mais peut être que cette illusion est une forme de protection pour ne pas lâcher le fil. Car des fois, j’ai le sentiment de tellement en baver que je me dis à quoi bon ? Si je n’ai rien à faire de spécifique ici, autant que ce rien se fasse dans une autre vie sans mon moi « personnalité » égo. Si je n’ai aucune utilité, alors ciao.

     

    « Si j’avais un conseils à vous donner pour vous aider à retrouver le fil de votre raison de vivre et à vous sentir dessus, serait de suivre vos envies. C’est tout. Ne vous prenez pas la tête avec le reste.

    Nan franchement, ça change rien. Ca fait que mettre un mot sur l’ensemble, mais ça ne change pas qui vous êtes et ce que vous aimez, ni les choses auxquelles vous aspirez. »

    Merci pour ce conseil. En fait, je me rends compte que ce problème là, celui de ne pas savoir quel est l’objectif de mon âme et où vers aller, se réfère à un autre problème plus profond. Celui de ne pas avoir d’envie, ni d’aspiration. Comme un blocage de mes énergies créatrices, et hop on retombe sur cette foutue brûlure en lien avec ma féminité d’une vie antérieure… Merci pour la prise de conscience….

    Bises,

    PS : je n’ai pas trop compris l’image de l’arbre et du tronc

  2. facebook-profile-picture Spiritual Flower

    L’image du tronc permet de se situer en l’homme, et le divin. Disons que c’est une image très sommaire et métaphorisée de l’univers dans lequel on se situe.

    Pour être honnête, je suis difficile aussi avec les envies. je me retrouve dans tes propos. Puis, un soir en rêve lucide, j’ai découvert l’Arbre des Possibles, et où je découvrais qu’il y avait des catégories de gens qui n’arrivaient pas à construire dans la vie. Je ne l’ai pas dit sur le post, mais tu peux essayer d’y faire une prière sincère.  Allume une bougie, Demande à ce que ton intention atteigne l’Arbre des Possibles, et ensuite, écris une prière que tu adresseras à Saint Thomas. Tu remercies et éteins la bougie. Explique tu n’arrives pas à créer et dis leur pourquoi, pour toi, c’est important de créer et faire quelque chose de ta vie. Puis tu laisses les semaines venir.

    Qu’est-ce qui a changé dans la vie de tous les jours ?… Je ne sais pas vraiment. Mais en tout cas, j’ai des pistes plus claires qu’avant. Je galère moins, on va dire. Je ne sais toujours pas où je serai dans cinq ans, mais mes envies se font plus affirmées.

    Il arrive qu’on entende pas ses envies aussi parce que la perdition permet la découverte. Il y a des personnes qui doivent tatonner longtemps pour se trouver. Parfois, cela demande du temps. Alors on va à droite, à gauche, on titube, on tombe, on sait pas, on hésite, on s’arrache les cheveux, puis on pleure, on s’arrête, on veut reculer, ou repartir, ce qui compte c’est ton regard et le bien  être que tu en tires.

    Sache voir et mettre ton bien être au coeur, prends soin de ta femme intérieure et trouve une manière d’être en paix avec elle, là où elle se sent bien.

    Alors tu vas me demander mais où se sent-elle bien ? C’est à elle qu’il faut demander, mais pour ça, il faut lui laisser de la place, petit à petit, elle reprendra confiance en elle, et s’affirmera, avec amour, et tolérance, et courage.

    Bises

     

     

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-huit − quatorze =