Le divin et les émotions

Une manière de s’exprimer pour communiquer

452018enfantinterieur2-e1398597535214

 

L’Âme et l’Enfant intérieur sont une des manières de sentir la connexion de la Source au travers de notre humanité. Mais il faut savoir que certaines âmes ont de grandes et magnifiques ouvertures. Elles peuvent ressentir et vibrer l’Amour au-delà de toute dualité car elles ont une telle ouverture de cœur qu’elles sont capable de ressentir la Source en elles. Elles n’ont pas forcément l’envie ni le besoin, ni même les capacités d’observer leur état d’âme car elles ressentent les vibrations de l’Amour avec une telle puissance que tout est une évidence à leurs yeux. Ces âmes là incarnent la Source de manière très pure, ce sont d’ailleurs des personnes qui auront plus de mal à gérer l’égo et l’amour incarné, l’amour qui aime par volonté égotique et pas l’Amour qui vibre au-delà de l’égo.

 

Pour d’autres, cela ne sert à rien de forcer la connexion ou de chercher de milles et unes façons pour se connecter à son divin. On l’est déjà. Il suffit d’observer et de voir comment il se manifeste. Pour certains, la reliance va se manifester de manière précise et sonnera comme une évidence, alors que pour d’autres, elle sera plus subtile et certains se sentiront « aveugles » de ne pas la percevoir. Et pourtant, sachez qu’elle est là, elle a toujours été là et sera toujours là.

 

 

Il n’y a pas une manière d’être relié à la Source, chacun vit son ouverture avec ce qu’il Est. En chemin, vous trouverez toujours des indices, parfois plus maigres que d’autres, mais sachez que la Source n’est jamais silencieuse, l’âme et l’Enfant Intérieur peuvent vous fournir de bons indices, mais aussi, pour ceux qui le ressentent, vos guides et les êtres qui vous accompagnent. 

 

Les émotions sont un moyen de vivre notre humanité. Vouloir n’être que divin en oubliant ses émotions cela ne vous coupera que d’avantage de vous-même, car les émotions sont un moyen de communication et d’expressions qu’utilisent notre divinité pour nous envoyer des signaux sur l’état de notre fort intérieur.

Les émotions ne sont pas négatives ou positives en soi. Ce sont leurs effets qui vont provoquer en chacun de nous des conséquences plus ou moins denses, jusqu’à créer des souffrances qui seront capables de rester pendant plusieurs vies jusqu’à temps d’être guéries.

Les émotions sont les états d’âmes, terme que l’on utilise souvent à tord en parlant d’états d’âmes alors que l’on fait que parler des frustrations égotiques. Mais notre fort intérieur enregistre toutes ces données et les compilent ensemble.

Prenons un exemple : vous détestez votre père. Il n’est jamais là quand vous avez besoin.

Alors là, vous pouvez déblatérerez vos états d’âmes un moment et vous plaindre sur la situation, mais un autre état d’âme existe en vous : vous voulez que votre père vous aime comme vous êtes. Vous lui en voulez juste de vous faire du mal.

 

Au final, toutes ces émotions se mélangent et ne font qu’un paquet d’émotions. C’est là qu’on parle d’états d’âmes, tout y est mélangé, et plus ou moins égotique selon la manière dont chacun est capable de se positionner sur son problème.

 

Au niveau scientifique, le cerveau humain retient plus les phrases négatives que positives. Vous pourrez dire 10 fois que vous aimez quelque chose et une fois que vous détestez quelque chose, au final, vous retiendrez plus facilement ce que vous n’aimez pas. Parce que c’est la souffrance qu’il retient, ce sont les mémoires que la chose évoque qu’il marque l’individu. En faite, plus la mémoire qui évoque la chose est puissante et plus cela l’influencera. Si le dégoût vous marque profondément, à chaque fois que vous serez dégoutez, même si vous ressentez la joie, vous retiendrez le dégoût tant que la joie ne dépassera pas en puissance le sentiment de dégoût.

 

A chaque fois qu’un évènement se produit, l’être exprime ses émotions (ou les retient, mais peu importe, son fort intérieur le vit tout de même) en fonction de ce qu’il est capable de ressentir, puis capable d’exprimer. Il y a d’abord la barrière du ressenti et la barrière de l’expression, qui sont deux palliers différents.

Vous pouvez ressentir quelque chose et ne pas l’exprimer. Mais on ressent toujours quelque chose, même si au final on constate que la situation ne nous évoque rien. Le simple fait de ressentir cette neutralité est un indicateur.

 

En fin de compte, les émotions sont des indices d’impacts de puissances. En regardant la manière dont ils se manifestent en nous, nous pouvons constater la qualité de notre niveau de vie, autrement dit, notre niveau de bien être dans l’incarnation.

Lorsque nous regardons les émotions, nous regardons ce qui revient le plus souvent. Ces souffrances là sont profondément ancrées et si elles ressortent régulièrement, c’est que nous n’arrivons pas à aller au-delà car nous avons été touchés par ce qu’elles évoquent en nous.

 

Les souffrances sont alors liées aux mémoires des émotions qui nous ont particulièrement blessées et chaque fois que nous revivons des situations qui résonnent avec elles, nous ressentons cette souffrance qui vibre à l’intérieur de nous.

 

Les souffrances se transforment alors en un poids qui nous pèse, et comme avec les mots négatifs qui ont du poids, nous ne voyons plus que ça même si une situation peut évoquer d’autres émotions. Au final, la souffrance prendra toute la place.

 

Regarder les souffrances pour mieux les comprendre nous permet de comprendre que nous vivons plus nos souffrances que nos émotions de joie, de paix et d’amour. Au final, nous résonnons plus nos frustrations, nos peurs, nos douleurs que notre bien être.

 

Et lorsque l’on décide de se libérer de ce poids que l’on garde si profondément en nous, on se redécouvre dans nos vraies couleurs, dans celles qui nous étions avant nos souffrances, sans blessures. On comprend qu’il est possible alors de vivre autrement et plus légèrement.

 

On comprend que l’on est différent, plus léger et que l’on se sent mieux avec soi-même.

 

Avant de vouloir libérer le monde de ses souffrances, libérons nous déjà des nôtres, car c’est en se sentant plus libre que nous pourrons vivre en paix.

Cela ne veut pas dire que ce soit facile, ni même que certaines souffrances puissent être guéries dans cette vie, mais au moins, les comprendre et les accepter est une belle étape en soi, et c’est plus difficile qu’il n’y parait.

 

Cependant, avant même de comprendre, pouvons nous déjà les regarder en face ? 

 

Ne perdez pas espoir si certaines souffrances paraissent insurmontables, rappelez-vous que vous n’êtes jamais seul. Viendra le temps où d’autres portes s’ouvriront pour vous. En attendant, prenez patience, rien ne reste jamais figé.

Une porte se ferme et une autre s’ouvre. Parfois l’Univers attend simplement le bon créneau. Et un jour, lorsqu’on est prêt, lorsque la situation est en place, la Magie peut vivre, que ce soit un court instant ou un long moment, l’appel se fait sentir. Alors il sera l’heure d’aller de l’avant.

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

seize + 16 =