Les mémoires cristallisées

On appelle “Mémoires cristalisées”, des mémoires qui nous concernent, que nous avons vécues au fil de nos vies antérieures, et que nous n’avons pas su/pu gérer pour X raisons.

Avec le temps, la mémoire se fige dans l’espace-temps, et s’installe en nous. Elle ne disparait pas de nos corps subtils.

Une expérience amène son lot d’enseignement. Si nous ne l’intégrons pas, et que nous ne traitons pas la mémoire pour la transcender, elle reste en nous comme un marqueur temporel. Ainsi il conserve ainsi toutes les informations, et la raison même de sa présence au sein de nos corps, ce qu’il s’est passé, comment, et le type de blessure qui nous a marqués.

Une mémoire est une information précieuse sur laquelle on se construit et que l’on retrouve dans notre propre code génétique. C’est d’ailleurs grâce à elle que nous sommes capables d’évolution.

Pour les mémoires que nous avons acceptées et transcendées, celles ci sont acquises et prises en considération. Mais ce qui nous intéresse ici, sont celles que nous avons rejetées, celles qui nous ont choquées ou celles que nous avons sciemment ignorées en espérant ne plus jamais les revoir.

Ignorer, rejeter, repousser ou enfermer dans une boite et lancer loin de soi ne résoud absolument pas le problème.

A partir du moment où l’expérience a été vécue, un marqueur mémoriel a forcément été créé. Ces marqueurs restent en nous et nous aide à nous construire, apprendre de la vie, de son lot d’expériences, et à évoluer par rapport à notre passé.

Toutefois, nombres de ces mémoires sont traumatisantes pour notre conscience humaine. Elles peuvent lourdes, dures, tristes et d’une certaine manière, elles nous ont blessées, on a trop été secoué. Le réflexe premier est donc de les laisser pour compte. On espère, à tort, qu’avec le temps, elles vont disparaitre. Il n’en est rien.

Au fil des années et vies d’oubli, le marqueur cristalise dans notre aura. On le sent moins. On perçoit de moins en moins sa présence, et ce qui semblait si vif les vies auparavant, se glace peu à peu, comme un vent froid qui hiberne et gèle la douleure qu’elle portait.

L’exemple d’une personne dite “froide” est très courant. C’est un mécanisme de défense qui consiste à geler le Feu et donc les mémoires qu’il porte. Tout comme on peut retrouver des personnes d’apparence chaleureusr mais au coeur froid. Elles n’arrivent plus à aimer sans souffrir. Alors elles gèlent une part d’eux-même. Certaines mémoires datent de cette vie, mais très souvent, le problème prend racine beaucoup plus profond.

Pour libérer ces mémoires, il faudra donc :
– accepter d’avoir des parts de soi en souffrance,
– accepter de leur redonner un espace d’expression, et donc les autoriser à s’exprimer,
– Écouter ce qu’elles ont à dire, entendre leur message, accepter l’enseignement qu’elles portent.
– Ensuite on les remerciera, ce qui permettra de les honorer dans le respect et seulement en dernier,
– on leur demandera de partir en les saluant.

La libération de ces mémoires n’est pas chose aisée. Nous portons encore en nous tant de souffrances et de vieilles mémoires que nous avons mises de côté, tout simplement parce que nous n’avions ni la force, ni le courage, ni la Volonté de les guérir. Patience et tolérence seront donc de mise pour entreprendre le chemin de la guérison.

Honorer ces mémoires est un point essentiel de la guérison car quelque part, elles ont largemebt contribuer à vos actions, et a faire de vous la personne que vous êtes aujourd’hui. Oui, une part de vous a souffert, mais elle vous a aussi construite. Ce n’est pas la dureté ou la violence que l’on honore, mais le caractère neutre de l’apprentissage derrière. Une mémoire est un vécu, une émotion, une action, le tout porté par une raison, une volonté, une intention.

Il faut accepter cela, et le respecter. Et l’aimer pour guérir. C’est l’Amour que l’on aura pour soi qui nous permettra d’aller de l’avant.

A noter toutefois, il ne faut confondre :

  • Les mémoires akashiques , qui sont l’ensemble des mémoires de l’individu au sein de son parcours en tant qu’enfant de l’Un,
  • Les mémoires cristalisées, qui sont des mémoires en souffrances gelés par le temps logés dans nos différentes couches de l’aura (du corps physique au corps éthéré le plus éloigné)
  • Les énergies résiduelles (lien ci-avant), des énergies et forces stagnantes dans nos corps subtiles qui peuvent nécroser, moisir, voire boucher nos canaux de circulation.

Si vous souhaitez un exercice sur le sujet des libération de Mémoires cristalisées, visitez la section Méditation. (exercice coming soon)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

19 − onze =