Harmoniser son lieu de vie

Une méthode de Feng shui intuitif et simple

324971 

Le Feng Shui signifie littéralement le vent de l’eau. Il s’agit de l’art d’harmoniser les éléments ensemble en prenant pour base que tous les éléments qui composent l’environnement est Énergie, appelé Qi, avec une partie Yin (énergie féminine) et l’autre Yang (énergie masculine).

Dans ces éléments, nous retrouvons le Bois, le Métal, le Feu, la Terre, l’Eau, l’Air qui sont agencés de façon précise à retrouver des combinaisons côte à côte ou face à face tout en s’assurant de la bonne circulation de l’Air. Ces combinaisons sont crées sur des règles particulières qui permettent d’allier avec équilibre les Énergies Yin et Yang de chaque élément ensemble.

Je n’applique pas particulièrement toutes ces règles et ces combinaisons, déjà, parce qu’elles sont bien trop compliquées à mon goût surtout qu’en plus, pour appliquer une telle méthode, il faudrait déjà que je comprenne l’influence du Yin et Yang en moi. Et seulement en fonction de cela, je pourrais harmoniser de façon nette et précise et doser avec parcimonie les éléments pour y retrouver mon équilibre. Ais-je besoin de Yin ou de Yang à la maison ? Cette question était déjà trop compliquée… déjà comment agit le Yin en moi ? Et le Yang ?

Alors certes, j’ai des notions et une petite connaissance de mes énergies, qui fait que j’ai un Yang très fort par rapport à mon énergie Yin.

Mais comme je suis extrêmement flemmarde parfois, je n’ai pas du tout envie de chercher les yin et yang de chaque éléments en fonction des points cardinaux. Je trouve cela bien trop contraignant.

Attention, cela ne veut pas dire que je dénigre cette méthode, bien au contraire, cela est sûrement une bonne méthode, seulement, je n’aime pas lire. Alors je choisis de modeler la méthode Feng Shui, et de me la réapproprier en y rajoutant certains aspects, comme la forme des meubles et surtout, les couleurs, qui sont pour moi un aspect primordial.

Je vais alors me placer dans une pièce, au milieu de celle-ci et ressentir comment circule l’air entre la fenêtre et la porte. Comment est le mouvement ? En fonction de cela, il faut prendre en compte que les meubles ne doivent pas « casser » le mouvement naturel de l’air. Mais doit au contraire s’agencer dans la fluidité. Imaginez, une colline et le vent, le vent va glisser sur celle-ci, mais transformez votre colline en falaise, vous allez voir si vous y serez bien, un court temps peut être, mais bien vite, vous voudrez alors creuser une grotte dans votre falaise.

Plus l’énergie de l’air glisse sur les murs et les meubles, et plus le mouvement sera fluide.

Cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas mettre de meubles au milieu de la pièce. Ce cas est un peu comme une roche dans la mer. Encore une fois, tout dépend de la taille, de sa forme et de la vie qu’il crée avec lui. Est-ce une petite barrière de corail ou est-ce une grosse roche en plein milieu du courant ? Bon d’accord, c’est très imagé en effet, mais c’est le cas pourtant.

Ensuite, placez-vous à chaque endroit de la pièce au milieu de vos meubles, comment vous y sentez-vous ? Il faut qu’à chaque endroit de votre maison, même si vous vous retrouvez dans un petit coin, vous sentez que ce petit coin fait partie du reste. Un coin qui est exclut de la circulation de l’Air est un coin où l’énergie va y stagner et avec le temps y sera de plus en plus dense. Après si vous aimez avoir ces petits coins, libre à vous. Ce qui compte, c’est qu’avant tout, lorsque vous vous retrouvez dans ce petit coin, vous vous dites « je m’y sens bien comme ça. »

Apprenez à ressentir l’agencement, avec vos yeux, mais aussi avec votre corps. Vos yeux peuvent vous dire que ça va, et finalement, sans trop savoir comment décrire, quelque chose ne va pas bien ou vous met mal à l’aise. Prenez en compte cette émotion, si infime soit-elle. Et inversement, vos ressentis peuvent vous dire que ça va, mais vos yeux crient « Ah !! c’est moche !! », ne vous forcez pas, il faut être aussi en harmonie avec ce que l’on voit. Comment votre humeur pourrait-elle supporter de voir des trucs affreux tous les jours ? Ne trouvez-vous pas cela agressif pour les yeux ? Alors certes, on peut apprendre à y faire abstraction, mais cela n’est pas toujours évident. Parce que certaines choses nous agressent.

Voilà pourquoi je fais bien attention de choisir mes matériaux (bois, métal, plastique, verre ou autres) et mes couleurs.

Par exemple, je ne supporte pas le métal (sauf sous forme de cristaux), à part 5 pièces de monnaies en évidence sur ma box internet – va comprendre d’ailleurs pourquoi j’ai voulu les mettre là, mais voilà, toujours est-il que la seule matière qui me convienne est le bois. Pour trouver mon équilibre dans tout ce bois, j’ai du rajouter des plantes, beaucoup de plantes, car pour moi, l’un de va pas sans l’autre, du bois, et de la terre. Et là, déjà, je me sens beaucoup mieux.

Pour d’autres, ils vont aimer tout ce qui est métal, ou des bougies… ils vont en mettre beaucoup et partout. Moi aussi, j’en ai d’ailleurs, mais, je ne les allume que rarement, pourtant j’adore ça, mais même si le feu me calme beaucoup, j’en ai beaucoup en moi, donc je vais plutôt les allumer quand je sens que je vais avoir besoin de feu ou de ressentir le feu en moi.

Il faut partir du principe que l’intérieur de votre maison, c’est votre intérieur à vous. Tout n’est que reflet. La façon dont vous prenez en compte l’équilibre de votre intérieur et votre bien-être fait que vous êtes aussi à l’écoute de votre propre équilibre.

Beaucoup pensent que telle ou telle choses n’ont pas d’importance. Vraiment ? N’ont-elles pas d’importance ou vous ne voulez pas prendre le temps de faire les choses comme il vous convient ? Et un jour, on entend de la part de notre conjoint (ou enfant) nous dire « comme j’ai détesté ce meuble pourri et moche et en plus pendant des années tu me l’as mis bien en évidence ! » Et oui, riez ! Mais c’est du vécu et c’est beaucoup plus courant de ce qu’on pourrait penser. J’ai de nombreuses expériences dans ma propre famille avec des petits trucs qui peuvent traumatiser et laisser des marques pendant des années. Voilà pour la petite histoire. Bref.

Quand je rentre chez moi, je ne veux pas avoir à me poser de questions particulières, je veux simplement me dire, « qu’est ce que je me sens bien à la maison ! » alors pour ça, j’ai besoin d’apprendre à ressentir tout ce qui me met mal à l’aise, déjà dans un premier temps.

Ensuite, il s’avère que je suis très réactive aux couleurs. En réalité, nous le sommes tous, seulement, certains ferment les yeux. Moi, je ne peux pas. L’influence et l’impact des couleurs sur moi est physique.

Chacun a des couleurs avec lesquelles ils se sentent en harmonie, certaines couleurs vont venir se compléter aux spectres de l’aura de la personne, et d’autres vont au contraire, le saturer, comme une baignoire que l’on remplit trop.

Par exemple, j’ai des couleurs que je peux voir tout le temps sans qu’elles me dérangent, d’autres que je ne peux voir que quand je suis extrêmement fatiguée – le bleu, et d’autres quand je veux faire appel à une énergie puissante (mais impulsive chez moi) – le rouge, mais celle-ci, c’est rare… Mais par contre, je ne supporte pas le jaune, la vue du jaune m’agresse (ce qui est drôle car en tournant la tête, je vois justement deux tasses Lipton jaune dans lesquelles poussent mes jeunes plantes) Bref.

Pour moi, il est tout à fait aberrant d’imposer son spectre de couleurs à d’autres, chacun étant unique dans la réceptivité des couleurs. Chaque couleur a une vibration précise et donc aura un impact précis sur chaque être. Alors, on peut en effet se mettre d’accord, mais vous voyez, pour moi, il est bizarre que les parents choisissent la couleur de la chambre de l’enfant par exemple. L’enfant peut se sentir beaucoup mieux dans une chambre qui prônent justement les couleurs dont il a besoin pour s’y sentir détendu ou au contraire, pour que ce soit sa bouffée d’oxygène. Je comprends que les parents aiment maîtriser l’ensemble de la décoration, mais il est aussi important de prendre en compte l’émanation de chaque être. Et nous avons tous une évolution différente et donc un besoin différent.

Un être peut avoir besoin de métal et l’autre d’eau par exemple, alors l’idéal est de trouver un accord pour que l’agencement de la matière ne dérange pas (ou le moins) l’autre. Je ne supporterai pas par exemple d’avoir trop de plastique chez moi, mais c’est vrai que de toute manière, moi, c’est le bois. J’en ai besoin de beaucoup. Après, c’est à chacun de voir.

Le mieux, c’est de placer chaque personne à tour de rôle de la pièce à différents endroits, de lui demander d’observer sous tous les angles et de lui demander comment il se sent avec les meubles, les couleurs, s’il sent qu’il peut respirer librement et si la vue de certaines choses ou certaines couleurs ne l’agresse pas.

Le Feng Shui n’est pas forcément une méthode particulière et arrêtée à la théorie. Chaque être est unique dans son évolution. Mais nous pouvons apprendre dans un premier temps à mettre en avant ce qui nous fait du bien ou pas dans notre environnement, et aussi, de laisser une voix à l’autre.

L’intérieur de votre lieu de vie reste votre Intérieur.

Puissiez vous vous sentir en paix et en harmonie dans votre lieu de vie, si petit soit-il, si grand soit-il. Ce qui compte c’est que vous vous y sentiez chez vous. Voulez-vous y être en paix ? Voulez-vous y être en harmonie ? Laissez-vous porter par votre propre Feng Shui, et vous verrez que cela peut être particulièrement intéressant.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

19 + 4 =