Le sentiment de trahison

La trahison est liée à la confiance

 

 La trahison est alors le fait de bafouer cette confiance accordée, c’est-à-dire, de ne pas respecter ce que l’autre attend en retour, mais cela va même au-delà : c’est aller à l’encontre même des valeurs qui comptent aux yeux de celui qui vous accorde confiance.

En accordant sa confiance, la personne accepte d’ouvrir son cœur, ce n’est pas pour que l’autre aille à l’encontre même des raisons qui l’ont motivé dans ce choix.

Plus l’attachement – et donc l’attente – de l’autre est grand, et plus le sentiment d’avoir été trahi est profond.

La trahison laisse un goût particulièrement douloureux et amer pour la personne trahie et peut laisser des marques profondes.

En effet, la Confiance est un attrait important dans la vie pour pouvoir s’ouvrir au monde extérieur et vivre tous ensemble. Une fois qu’on connu le sentiment de trahison, on devient alors plus méfiant, plus fermé avec les gens.  On constate donc que dans toute relation, la confiance est nécessaire : famille, parents-enfants, amis, couple, collègues.

La confiance est un abaissement des barrières. C’est ne pas ressentir la peur. Plus la confiance est profonde et sincère, et moins la peur se fera percevoir.

A la base, la Confiance signifie que peu importe ce qu’il arrive, tout finira pour le mieux, donc la peur est inutile vu que la Vie s’arrangera pour que l’issue soit au mieux.

Voilà pourquoi la Confiance nous donne cette impression d’attendre un retour. Sauf qu’en faite, ce n’est pas de la personne dont on doit attendre un retour, mais de la vie tout simplement. C’est là l’amalgame que fait l’égo. Lui, va attendre un retour car en échange de la confiance, on doit recevoir quelque chose en retour.

Le souci vient alors de l’attente et de l’espoir que l’on place en les gens. On finit par cacher nos peurs avec notre confiance. Inconsciemment, la confiance que l’on octroie se transforme en obligation. En quelque sorte, celui qui l’octroie oblige l’autre à le respecter un minimum pour ne pas le blesser car comme il vous ouvre son cœur, il se croit en sécurité, et retire par là même ses propres barrières car il estime que comme il a confiance, il n’en aura plus besoin.

Mais au final, pourquoi offre-t-on sa confiance ?

Un jour,  on se rend compte que la vie, ce n’est pas d’être seul. La vie, c’est tout un ensemble qui réagit et vit autour de nous, en fonction de nous, de notre vie.

On pense à tort que plus on a confiance aux autres, et plus on a confiance dans la vie, c’est plutôt, plus vous aurez confiance en la vie, et plus vous serez capable d’avoir confiance en l’autre.

D’ailleurs, pourquoi dit-on « faire confiance » ? Quelle est la différence entre « faire confiance » et « avoir confiance » ? Parce que la différence elle, est réelle. Prenez conscience.

C’est un jeu de langage, certes, mais cela montre pleinement la manière dont vous vivez et la manière dont vous vous ouvrez sur le monde.

Faire confiance : vous déchargez la responsabilité sur l’autre et donc l’autre sera celui qui ressentira le poids que vous mettez sur ces épaules avec l’espoir que vous ne le déceviez pas.

Avoir confiance : vous prenez la responsabilité de votre ouverture de cœur dans lequel vous y placez vos espoirs.

Prenons un exemple : dire « J’ai confiance en toi. » n’est pas pareil que « Je te fais confiance. »

Il est question ici de la puissance du Verbe. Faire pour quelqu’un d’autre et Avoir pour l’autre est fondamentalement différent.

Aussi, dans notre vie quotidienne, nombreux sont ceux qui pensent que la confiance se mérite.

Se mérite-t-elle vraiment ?

Et bien, ce sont ceux qui ont peur qui veulent qu’elle se mérite car plus la personne aura confiance et plus elle s’aura s’ouvrir. Elle aura d’ailleurs besoin de voir que l’autre sait respecter ces peurs et ces besoins pour s’ouvrir davantage.

Comprenez bien que plus vous avez peur, et plus il sera difficile à l’autre d’être à la « hauteur » de vos attentes.

Il est courant de se dire « je lui fais confiance »  mais tout en pensant au jour où peut-être, il ne tiendra plus parole. Alors que la confiance c’est de se dire  « je t’ouvre mon cœur et je n’ai pas peur de ce qui viendra. »

Dans l’un, la peur est le moteur et dans l’autre, la sérénité.

C’est fondamentalement différent.

La trahison arrive alors avec la peur que l’autre nous fasse souffrir alors qu’on lui avait ouvert son cœur. « Pourquoi n’a-t-il/elle pas tenu parole ? Pourquoi m’a-t-il/elle trompé(e) ? »

La confiance veut que la vie nous le rende bien, et pourtant l’autre nous fait du mal, alors pourquoi ? Si on ne peut avoir confiance dans les gens, comment avoir confiance en la vie ?

Voilà comment ceux trahis ont du mal à rouvrir leur cœur après de telles expériences.

Le sentiment de trahison peut intervenir sur différents niveaux. Certains peuvent paraître anodins mais si on regarde le problème plus en profondeur, il s’avère plus important que ce que l’on aurait cru. La souffrance marque en faite profondément l’individu. Il faut comprendre que le sentiment de trahison est en réalité plus fort qu’il n’y parait. Il y a une réelle brisure dans la confiance et elle accentue grandement la peur de s’ouvrir aux autres.

Le principe est alors de prendre le problème à l’envers. De quoi a-t-on peur lorsqu’on offre sa confiance en quelqu’un ? Et observez, souvent, bien souvent, vous verrez que vous avez peur vous-même d’être blessé.

Ensuite, il vous faut accepter que la confiance n’oblige pas l’autre. Ce sont les souffrances qui ne veulent pas revivre ce qu’elles ont déjà vécues.

La Confiance que vous placez dans l’autre en vue qu’il ne vous blesse pas ne vaut-il pas mieux que vous placiez en vous-même ?

Ayez confiance en vous, ayez confiance que vous faites ce qui est le mieux à l’instant, que vous croyez faire ce que vous pensez juste.

Si vous avez confiance en vous, alors d’autres aussi voudront avoir confiance en eux. Vivre avec des attentes envers les autres crée de nombreuses pressions. Le mieux est de vivre pour soi. Les autres sont des accompagnateurs dans la vie, mais ils ne doivent pas être les moteurs de votre propre existence. Vous restez maître de votre vie et non l’entourage qui est maître de votre vie.

La guérison d’une trahison demande du temps, parce que souvent, la personne a placé ses espoirs en l’autre. Alors, parfois, c’est sa propre foi qui s’ébranle au passage.

« Pourquoi avoir cru en l’autre qui nous blesse ? Peut –être que je fais de mauvais choix ? Peut être que je rencontre de mauvaises personnes qui me veulent du mal ? »

Peut être.

Mais peut être n’y a-t-il pas de mauvais choix. Peut-être que ce qui importe, c’est la confiance que vous avez en vous, car plus vous êtes capable de l’offrir à vous-même avec sincérité et plus vous serez capable l’offrir aux autres.

Avec la trahison, nait la déception. Pourquoi ? Vous l’avez compris maintenant, ce sont les attentes.

L’autre peut-il répondre aux attentes ? Voilà comment on choisit d’octroyer la confiance.

Regardons plutôt les choses différemment. Qu’avez-vous besoin pour vous sentir bien avec l’autre ? N’ayez pas peur d’exprimer vos attentes, mais comprenez bien que l’autre n’est pas là pour répondre à vos attentes de la vie, mais pour vivre sa vie, car lui aussi à ses propres envies, ses propres attentes et ses propres peurs.

La première étape alors pour guérir est d’accepter que vous aviez des attentes envers l’autre, que vous aviez des espoirs. Ensuite, d’accepter que l’autre est différent et qu’il a fait ses choix pour ce qui comptait dans sa vie, et non dans la votre. Et enfin, de vous dire que ce n’est pas parce qu’une personne ne sait pas répondre à vos attentes dans la vie que la Vie ne saura pas vous rendre l’appareil.

Accepter que les chemins soient différents, accepter que les besoins soient différents.

Et une fois que vous sentez que vous avez accepté ces points, essayez de ressentir la Confiance en la Vie tout simplement.

Ne cherchez à rien faire d’autre. Ne vous posez pas de questions sur vos besoins.

Prenez simplement un temps pour ressentir ce qu’est la Confiance.

Juste, fermez les yeux et imaginez vous assis sur votre canapé chez vous.

Vous vous imaginez à la maison, confortablement avachi sur le fauteuil. Laissez votre corps se détendre. Vous êtes ici chez vous.

Ressentez votre confiance dans la vie actuelle. Ne jugez pas et laissez faire.  Peu importe qu’elle soit grande ou non. Peu importe la forme qu’elle prendra ou comment vous agirez. Si vous ne ressentez rien, ce n’est pas grave non plus.

Puis levez vous et sortez de la maison, allez dehors, dans votre jardin.

Respirez, observez ce qu’il y a dehors.

Et prenez conscience : à chaque fois que vous respirez, votre confiance devient de plus en plus grande et de plus en plus lumineuse. Vous n’avez plus peur. D’ailleurs, vous ne connaissez plus la peur.

Continuez de respirer et laisser vos poumons se remplir de cette confiance. Laissez la peu à peu vous remplir et l’émaner autour de vous, l’émaner dans tout votre jardin.

Acceptez que votre Confiance puisse ne pas avoir de limites et regardez comment la Vie vous répond.

Observez.

Rouvrez les yeux et essayez de garder ce sentiment au maximum.

Ressentez cette sérénité que vous avez envers la vie.

Petit à petit vous verrez qu’elle grandit et elle finira par se manifester dans votre vie quotidienne, peu à peu, avec patience, et … confiance.

 

Enregistrer

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 − 5 =