Le chantage affectif

“Parce que tu m’aimes, tu le feras, hein, dis !?”

munier_1881_3_little_girl-priere

Le chantage affectif est un moyen pour l’égo de jouer avec les émotions des autres en faisant du chantage. Il s’agit ici d’une ascendance sur autrui afin d’arriver à ses fins qui peut être particulièrement puissante, jusqu’à en arriver au fait que la personne laisse complètement sa vie contrôler par la personne usant de chantage affectif.

Certains cas vont du “tu m’donnes de la reconnaissance ou je saute du pont.”, d’autres vont “je claque la porte et tu ne me reverras jamais si tu continues à…” ou alors, “si tu oublies mon anniversaire, je ne suis plus ton amie”, “si tu ne m’aides pas alors que j’en ai besoin, tu n’es plus mon frère”…

A partir du moment où l’égo ressent ce qu’il perçoit comme désamour, il va vouloir chercher à “recevoir” des preuves d’amour, des preuves d’attachement qui vont lui montrer que l’on compte pour lui

Il tire ces mimiques de tout ce qu’il a apprit autour de lui, de la manière qu’on les gens à agir et réagir émotionnellement. Il va donc tirer sa force des émotions et de sa manière de les véhiculer, en utilisant une détresse affectif, un sentiment de manque, d’abandon, de souffrance, ect. pour montrer à l’autre qu’il est en position de faiblesse et qu’il a besoin d’attention.

Le chantage affectif peut être particulièrement vicieux dans le sens qu’il pousse les personnes à agir contre leur gré, en les poussant dans la culpabilité de leurs choix initiaux, et par conséquent, à prendre d’autres choix qui iront dans le sens de la personne en demande d’attention.

Regardez les enfants lorsqu’ils veulent un bonbon ou un jouet. Et bien, nous faisons tous pareil mais à différentes échelles et de manière plus subtile parfois. Même très subtile.

La personne qui ressent le besoin d’user de chantage affectif a clairement un manque de reconnaissance et-ou un sentiment de désamour.

Faire les yeux doux à son conjoint pour qu’il fasse à manger, ou alors, ne pas faire l’amour s’il n’assure pas au diner de ce soir, ou bouder tout simplement tant que l’autre ne se sera pas mis en 4 pour s’excuser, prendre la tête à ses parents parce qu’on sait que si on tient 30 min, ils craqueront avant nous …. bref….

Le chantage affectif n’utilise pas que comme émotion l’amour. A vrai dire, c’est avant tout le lien d’attachement qu’il va utiliser. Et la manière dont le lien existe entre les personnes, il va en utiliser les émotions qui animent ce lien.

On parlera alors de chantage car si on n’agit pas de son sens, représailles il y aura ! Et oui. C’est le principe de la punition. Grossièrement dit : “Fais, sinon tu en paieras le prix. Et crois-moi, tu le sentiras passer le prix.” J’userais de colère, de violence, de mensonges ou pas, peu importe….

Ca, c’est pour ceux qui osent le faire de manière “ouverte”, après, il y a ceux qui vont le faire de manière vraiment plus subtile et où la personne jouer plus activement avec le rôle de victime pour accentuer sa souffrance et sa peine, ce qui “normalement” devra lui assurer un minimum d’attention en retour. Et oui, qui aime voir les gens souffrir ?…Surtout ceux qu’on aime… 

On associe souvent le chantage affectif aux attitudes enfantines. Cela dit, les enfants sont très loin d’être les seuls à en user ! Au contraire, si certes ils ont appris très jeune, ils ont appris cette technique des adultes et cela leur servira toute leur vie.

Seulement, il faut comprendre que le chantage reste un moyen pour l’égo d’être satisfait. Ce n’est pas parce que vous allez satisfaire quelqu’un qu’il va vraiment se sentir aimé. Ce sera simplement un voile sur un problème. Ce ne sera que temporaire.

On peut aimer et suivre des voies différentes, tout en s’aimant quand même. Mais nos choix nous appartiennent.

Chacun a le pouvoir de dire oui, et de dire non. On peut refuser d’aider parce qu’on estime que ce n’est pas l’aider que d’agir dans son sens. Mais cela ne voudra pas dire qu’on n’aime pas l’autre. On croit aussi bien faire selon soi, pour soi, et pour l’autre. 

Céder au chantage affectif peut montrer une certaine dévotion, mais aussi une faille dans la propre confiance en soi et dans notre pouvoir à prendre les décisions que l’on croit juste. On peut être là pour les autres, mais il faut vivre pour soi, car on vit avant tout pour soi, pour ce qu’on est.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

13 + 7 =